Jean-Pierre Fusier

Originaire du Cambrésis, Jean-Pierre Fusier vit dans la région de St Amand.

Passionné de polars, son coup de cœur est  «  Ne le dis à personne » de l’américain Harlan Coben  mais l’auteur s’avoue assez chauvin quant à ses coups de cœur littéraires. Romain Sardou est sans le savoir quelque part son mentor avec «Personne n’y échappera» et «Pardonnez nos offenses», un thriller médiéval sur fond politico-religieux ,  sans oublier Michel Bussi pour «Un avion sans elle» et Franck Thilliez avec «Angor».

Les romans policiers, quelques sujets autour des religions et de la science moléculaire l’intéressaient : il a tenté une histoire reliant ces trois éléments, un  premier roman policier sur fond de science et de religion, La Vigie du Temps. Un coup d’essai bien réussi puisque l’auteur a été élu chez son éditeur Lauréat du Prix de l’Auteur sans Piston pour la région.

 

 

 

Pour son deuxième polar, Jean-Pierre Fusier nous fait plonger avec la même commissaire Laurence Hazebroucq,  cette fois-ci dans le monde de l’aérospatial et de la génétique : Eternity Island.

 

 

 

Heure d’Hiver, le troisième roman policier mêle fiction et réalité, avec en toile de fond  la mort de Robert Boulin en 1979. À l’époque des faits l’auteur n’avait que 15 ans, mais par hasard, Jean-Pierre Fusier est tombé sur Crime d’État, le film de Pierre Aknine (2013).  Il explique «  ce film m’a interpellé par le côté mystérieux de certains éléments : disparitions de pièces importantes du dossier, autopsie incomplète … Dans Heure d’Hiver, cette affaire est donc évoquée, mais j’insiste sur le fait que l’histoire principale du livre n’est pas celle de Robert Boulin. Je voulais juste la présenter de façon moins directe qu’un documentaire ».

Comme dans les trois précédents livres, la Commissaire Hazebroucq intègrera la quatrième fiction, Quand tu seras Grand, dans laquelle les lecteurs la connaîtront sous un autre angle, « à la fois flic et maman, enfin presque maman… ».

 


Les commentaires sont clos.